Avertir le modérateur

27/09/2006

Nains de jardin à Bagatelle

Quelle belle arrière saison ! Et idéaux, ces derniers rayons de soleil pour visiter le Parc de Bagatelle, niché au coeur du Bois de Boulogne.

medium_Llechateau.JPG

A l'entrée, ce tout petit, mais très joli, château nous plonge en plein XVIIIè siècle, quand Marie-Antoinette défia le conte d'Artois, son beau frère, de remettre rapidement en état ce batiment qui tombait en ruines après avoir servi de pavillon libertin pendant le règne de Louis XV. L'endroit fut inauguré 74 jours plus tard par un jeune homme dont l'histoire ne dit pas précisément quelle fut sa récompense. En tout cas, le lieu garda longtemps sa galante réputation...

medium_L_fleurs.JPG

Autre charme de Bagatelle : ses fleurs, les meilleurs jardiniers n'ayant cessé de s'y succéder. On y voit les plus belles roses qui soient, mais aussi des asters, sorte de bouquets de très petites fleurs qui éclatent de couleurs aux multiples nuances, surtout à cette époque de l'année, entre la mi-septembre à la mi-novembre.

medium_Ldansl_herbe.2.JPG

Enfin, ce parc possède quelques unes des plus belles pelouses de la capitale : on n'est pas pour rien dans un ancien domaine de la noblesse anglaise. De quoi gambader gaiement dans une herbe nettement moins fraiche qu'il n'y parait.

medium_L_Kirikou.2.JPG

L'été, il y a souvent des concerts de musique classique, et le reste de l'année des expositions thématique. Comme celle-ci, dont la fibre est plutôt écolo : "Si tu es grand, tu vivras en laissant de l'espace énergétique vital à autrui" s'échine à brandir un minuscule Kirikou devant une toute aussi petite Lilika, épuisée et endormie.

 

 

 

25/09/2006

Son oncle

A ceux qui penseraient qu'il n'y a que les princes et les princesses, les totoros, les petits mickeys et les grandes barbies dans la vie culturelle de Lilika, cet exemple en forme de démenti.

medium_pol_chambost.2.jpg

 

Les sculptures et les céramiques de Pol Chambost (1906-1983) n'appartiennent en rien à l'univers pailleté usuellement réservé aux enfants. Et pourtant, après les avoir découvertes à la Galerie Thomas Fritsch, rue de Seine, Lilika (et son père) en aurait bien rapporter une à la maison.

 

Ces oeuvres, souvent colorées, ont marqué les années 50. Jacques Tati, par exemple, s'est servi du vase présenté sur l'étagère du haut pour décorer la villa ultra-moderne des parents du petit Gérard Arpel dans Mon Oncle (1957).

 

medium_Dubrocq.JPG

"C'est un Dubrocq, ma chère !", s'exclame ainsi la soeur de Monsieur Hulot à la voisine très snob qu'elle ne parviendra pas à marier à son frère... Car Mon Oncle, celui du film comme celui de Lilika, et Pol Chambost lui-même, ne sont pas snobs du tout. D'ailleurs, tous habitent, ou habitaient, dans des quartiers populaires de l'est parisien.

09:25 Publié dans Design | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : Chambost, Tati, Mon oncle, Lilika

23/09/2006

Un jour, son prince viendra

medium_lilika_et_steph_au_GP.3.JPGWalt Disney (1901-1966), génial inventeur de Mickey Mouse et précurseur en matière de cinéma d'animation, fut aussi un artiste sous influences. Lesquelles sont actuellement mises en avant dans une remarquable exposition que Lilika et moi sommes déjà allés visiter à deux reprises au Grand Palais : Il était (non pas) une fois (mais deux fois) Walt Disney...

 

Outre la présentation de planches et de cellulos originaux très rarement exhumés des coffres des studios Disney, l'expo met en avant les différentes sources d'inspiration du maître : les oeuvres d'écrivains et de conteurs, de peintres et d'illustrateurs, mais aussi, et surtout, de grands cinéastes : Murnau, Chaplin, Cukor...

 

Un exemple, parmi la douzaine de films supervisés par Disney de son vivant et présentés ici : Blanche neige (1937), le premier long-métrage d'animation de l'histoire du cinéma et film cher au coeur de Lilika (quand-même, une princesse brune, ça ne compte pas pour des prunes !).

 

medium_18._Blanche-Neige_terrifying_trees.jpg

Les arbres cauchemardesques de la forêt du dessin animé adapté du conte des frères Grimm ressemblent beaucoup à ceux des gravures de Gustave Doré.

medium_15._Gustave_Dore.jpg

 

 Et ce serait à Joan Crawford que l'on doit les traits de la cruelle Marâtre,

 

medium_20._Joan_Crawford.jpgdont la métamorphose en sorcière est allègrement pompée sur celle du Doctor Jekyll en Mister Hyde du film de Rouben Mamoulian (1931).

 

Il est amusant de penser que Disney avait d'abord pensé à la faire naître d'un croisement entre Lady Macbeth et le Grand méchant loup !

medium_21._La_reine_tenant_le_coffret.jpg

 

De la même façon, les modèles pour Blanche neige seraient, prétend l'exposition, à rechercher du côté des femme-enfants stars de l'époque : la toute jeune Shirley Temple, ou Janet Gaynor, l'héroïne de L'Aurore de Murnau (1927).

medium_blanche_neige_gaynor2.JPG

On veut bien, mais Lilika revendique aussi, une petite part d'influence posthume...

14/09/2006

Petits bonds en avant

medium_P1040302.2.JPG

Quel beau parquet ils ont, à l'Opéra ! Jouer dessus est un délice... Surtout avec la peluche formidable qu'ils s'apprêtent à sortir, chez Mattel : un Tigrou qui bondit tout seul sur sa queue à la façon d'un marsupilami, dès lors qu'on lui serre la patte.

 

medium_P1040308.4.JPG

Inutile de préciser que Lilika adore ce genre de jouet interactif, plus en rapport avec son âge qu'une poupée dansante...

 

medium_P1040309.2.JPG

Dans l'assistance, certains se demandaient qui du tigre ou de la petite fille bondissait le mieux... Et d'autres si l'on était reparti avec le Tigrou sous le bras. La réponse est non : la déontologie est une règle de journalisme qui s'apprend dès le plus jeune âge.

13/09/2006

Princes et princesses

medium_P1040326.2.JPG

 

L'Opéra de Paris recevait ce mercredi après-midi quelques princes et princesses triés sur le volet : on y présentait les jouets que Mattel a fabriqué cette année pour le Père Noël. En attendant de découvrir un tel trésor, nous avons pris quelques minutes pour poser devant cet édifice majestueux qu'est le Palais Garnier, créé, rappelons le, par Charles Garnier sous le Second empire...

 

medium_escalier_droit.2.jpg

... puis dans le Grand escalier, superbe, dont les multiples balcons en marbre n'avaient d'autre fonction que de révéler, comme de nos jours à Cannes, quelles personnalités montaient les marches pour venir assister au spectacle.



medium_P1040294.2.JPG

Enfin, Lilika a pu s'initier pour la première fois aux joies de la danse, discipline reine en ce lieu. Difficile pour l'heure d'oser un pronostic quant à une hypthétique vocation.

 


medium_P1040313.3.JPG

Et ce n'est pas Elisabeth Platel, ancienne étoile devenue directrice de l'école de danse, qui éclairera notre lanterne : aucune petite fille n'entre à l'Opéra, dit-elle, avant l'âge de huit ans.

 

23:40 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Opéra, Garnier, danse, Platel, Lilika

11/09/2006

C'était la vie de château

Et vous, qu'avez vous fait cet été ? Un peu de "culture", bien sûr, mais aussi beaucoup de "paternité". Très culturelles, en effet, nos visites de quelques uns des plus beaux châteaux de la Loire; du moins les plus "féminins" d'entre eux...

 

medium_azay_exterieur.JPG

Le château d'Azay le rideau est aussi petit que charmant. On en a vite fait le tour : il n'y a que deux ou trois chambres. Et en visitant celle qui était réservée au Roi, on ne peut s'empêcher de penser aux week-end romantiques que devait s'offrir François 1er avec l'une ou l'autre de ses (nombreuses) conquêtes.

 

medium_chenonceau_parapet1.JPG

Celui de Chenonceau, qui enjambe le Cher avec beaucoup d'élégance, est intimement lié à une histoire de rivalité amoureuse : Henri II, fils de François 1er marié à Catherine de Médicis, en fit cadeau à sa favorite, la sublime Diane de Poitiers (déjà maîtresse de son père). A la mort accidentelle d'Henri lors d'un tournoi de chevaliers, Catherine exigea de récupérer le château qui, pourtant, avait largement prospéré grâce à Diane.

 

medium_usse3.JPG

Le château d'Ussé est de moindre importance, mais il aurait, dit-on inspiré Charles Perrault pour écrire la Belle au bois dormant. Une histoire de princesse que les propriétaires du lieu - car il s'agit d'un château privé- exploitent habilement en reproduisant les scènes clés du conte avec des figures de cires.

 

medium_fontevreau_richard.JPG

Plus "masculine", peut-être, mais tout aussi passionnante, la visite de l'Abbaye royale de Fontevraud qui recèle rien de moins que le tombeau de Richard coeur de lion, héros de tellement de petits (et de grands) garçons. 

 

medium_chateau_sable_vconstruit_0.JPG

Cela pour en venir à la "paternité", qui a repris le dessus une fois arrivés au bord de la mer, après une embardée au sud de la Loire.

 

medium_chateau_sable_construit_1.JPG

L'Atlantique a cette propriété d'offrir de belles marées. Et de nous permettre de mettre en pratique ce que nous avions appris...

 

medium_chateau_sable_construit_2.JPG

Sur la plage, il a fallu construire une vraie fortification pour repousser les assauts des flots déchaînés.

 

medium_chateau_sable_envahi.JPG

En vain, bien sûr : la mer est la plus forte, qui fait un peu peur, du moins la première fois qu'elle vous mouille les nougats. N'est-ce pas Lilika ?

 


medium_stephane_lilika_mer.2.JPG
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu